Ep1. Un avril en Abitibi-Temiscamingue

Avril 2018: Le dégel en Abitibi

Le Canada je pensais y aller un jour mais qui aurait cru qu’un jour je foulerai le sol de l’aéroport de Rouyn-Noranda…  Et quelle idée d’aller dans l’Abitibi-Temiscamingue, cette contrée québécoise dont on trouve peu ou même pas de description dans les guides routiers. Et bien, après tout il suffit de me donner une bonne raison pour partir là où je n’aurais jamais pensé aller et une fois de plus être agréablement surprise.

Rouyn-Noranda se situe à environ 7 heures de route de Montréal (1h en avion). C’est une petite ville (env. 42000 hab.) issue de la fusion des villes Rouyn et Noranda dans les années 80′ . Elles ont toutes les deux été fondées en 1917 lorsqu’a été découvert un gisement de cuivre important sur les rives du Lac Osisko.

Elle est connue notamment pour ses mines, la transformation des matières premières mais également pour son université qui est une destination régulière pour des stages, des échanges etc. en mine, foresterie et dépollution des sols et eaux auprès des étudiants français.

La maison Dumulon – 1923/1924 – anciennement épicerie générale, office de poste et résidence – actuellement on peut y aller pour participer à des visites guidées, acheter des souvenirs, visiter le petit musée sur la ville de Rouyn-Noranda, emprunter gratuitement des raquettes en hiver et des vélos en été.

La ville investit également beaucoup dans le culturel et est le théâtre de plusieurs évènements tels de le FME (festival de musique émergente) qui fait même venir un public Montréalais vers la fin août-début septembre et qui promeut de jeunes groupes de musiques (aux styles variés).

Les adeptes de cinéma pourront assister au Festival du Cinéma International en Abitibi-Temiscamingue ou au Festival Documenteur de L’Abitibi-Temiscamingue, tandis que les guitaristes apprécieront le Festival des Guitares du monde ou le NorAndBlues.

Au gré de mes voyages à Rouyn, je partagerai les différentes activités à faire en fonction de la saison.

Mon séjour au mois d’avril

En avril, je suis arrivée à la fin de la période de dégel. C’est à dire, des journées douces et des nuits encore froides. Deux jours après mon arrivée une petite chute de neige est venue confirmer que je n’étais plus en France où il faisait 25°C  le jour de mon départ.

Mais les journées douces (entre 12 et 17°C) sont propices aux promenades sur les rives du lac. En cette période, la neige n’est plus suffisamment épaisse pour faire du « Skidou » (de la motoneige) ni d’assez bonne qualité pour le ski de fond. Une bonne paire de chaussures, un peu de jugeote pour éviter les tas de neiges encore profonds et la balade se fait de manière aisée sur la promenade du lac. Elle passe par la presqu’île d’Osisko (où ont lieu la majorité des évènements), emprunte une digue qui sépare le lac en deux (d’où on peut voir la superbe fonderie Horne) et finit sur la rive sud.

Mes petites adresses:
  • La Perdrix   –  Un pub sympa avec un bon choix de bières
  • Chez Morasse  – Pour manger une Poutine après une soirée bien arrosée
  • Chez Gibb – Une boutique spécialisée notamment en bières de micro-brasserie, l’occasion de goûter des bières du coin (et de s’extasier devant les étiquettes de bières)
  • La Ressourcerie – Friperie 255 et 101 Trouvailles – Histoire d’acheter ce pull dont vous ne pensiez pas avoir besoin au mois d’avril ou cette thermos qui vous réchauffe durant les balades
  • La Maison des viandes – l’endroit où acheter des saucisses à l’érable pour le barbecue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *